Chargement
Juin 7, 2016

Glorieusement différents

Ecrit par Leonor
dans la catégorie Glorious thoughts

Avec Gaëlle, ça fait plusieurs fois qu’on se voit, qu’on se pose, qu’on cowork et qu’on s’interroge : et sinon c’est quoi l’aspérité de Glorious Nineties ? On doit se présenter comment ?

Ces derniers temps, comme j’assiste à pas mal des conférences, notamment chez The Family, j’ai souvent l’occasion de nous pitcher. Ça donne un truc du genre : « Alors, Glorious Nineties, c’est un collectif. En fait, on est comme une agence de communication sauf que nous restons tous indépendants. L’idée, c’est de mutualiser nos forces, nos expertises et nos réseaux… en s’évitant les pesanteurs d’une entreprise et tout continuant à nous nourrir de nos autres vies. »

J’ai déjà comparé ici GN à un MVP. Autre emprunt à l’approche agile du monde du travail, au cœur même de l’ADN du collectif : nous avons tous des sides-projects, des vies riches et remplies à côté (bon, sauf moi, GN c’est un peu toute ma vie en ce moment). Et c’est cela qui fait notre richesse. Nos origines géographiques variées – nous sommes à Paris, Lyon, Berlin, Liège… et même Saint-Nazaire (coucou Valerio) ! -, nos multiples parcours professionnels, nos modes de vie différents… Tout nous sépare. Mais notre affection mutuelle et le respect que nous avons pour les expertises des autres nous lient, aussi.

Et finalement s’il faut impérativement définir l’identité de Glorious Nineties, ce serait bien ça : l’altérité. L’autre est différent. L’autre est proche et nous nourrit de son altérité. L’autre s’intéresse à des sujets qui nous indiffèrent. L’autre est super fort en créa ou en parcours utilisateurs, ou en écriture, ou sait tellement bien créer et animer des communautés… et coup de bol, l’autre a choisi de jouer à Glorious Nineties avec plein d’autres, tous aussi différents que lui !

Alors on va sans doute continuer à se chercher… tout en avançant en même temps, parce que le sur place, on aime pas trop ça par contre. Et puis on va boire des coups. Et puis on va refaire le monde et continuer à tester nos idées sur nos petits camarades, dans notre Slack. Certains s’impliqueront plus, d’autres peut-être s’éloigneront… mais nous serons toujours des « autres » que nous aurons assez aimés pour s’imaginer cheminer ensemble

Leave a comment